Empreinte carbone

Les coproduits ont généralement une empreinte carbone plus faible que des aliments nutritionnellement comparables.

Les coproduits alimentaires ont donc une influence positive sur la réduction de l'empreinte carbone par litre de lait ou kilo de viande. Vous trouverez ci-dessous un certain nombre d'exemples pour les porcs et les vaches laitières. Si vous souhaitez savoir comment les coproduits alimentaires peuvent aider à réduire l'empreinte carbone de votre lait ou de votre viande, veuillez contacter votre responsable de secteur.​

C'est quoi une empreinte carbone ?

Une empreinte carbone est la somme de toutes les émissions de gaz à effet de serre. Les gaz à effet de serre les plus connus sont le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le dioxyde d’azote (N2O). Pour une empreinte carbone, toutes les émissions de gaz à effet de serre sont converties en 1 équivalent CO2 (effet des émissions d’1 kilogramme de CO2). Toutes les émissions de gaz à effet de serre peuvent être ainsi rajoutées à une empreinte carbone (émissions de CO2 par tonne de produit).

Structure de l’empreinte carbone

L'ensemble du processus de production – à savoir de la récolte au produit final – est pris en compte pour une empreinte carbone. Un coproduit provient de la production de denrées alimentaires ou de biocarburants. Les règles de calcul internationales stipulent que les émissions de CO2 provenant de la culture et de la transformation des récoltes soient affectées au ‘produit principal’ : par exemple des frites ou un morceau de sucre. Cela signifie que l'empreinte carbone d'un coproduit est déterminée par les émissions de CO2 résultant du transport de l'usine à l'éleveur. Pour les bovins laitiers, la fermentation du rumen est également prise en compte.

Pour les récoltes destinées à l'alimentation animale, les émissions de CO2 issues de la culture et de la transformation sont donc incluses. Cela ne s'applique pas aux coproduits.

.

Un exemple : structure de l’empreinte carbone de la drêche de brasserie

L'empreinte carbone de la drêche de brasserie est composée d'émissions d'équivalent CO2 résultant de :

  • Culture des matières premières et brassage de la bière

Pour la drêche de brasserie, les règles de calcul internationales stipulent qu’1% des émissions d'équivalent CO2 de la culture et du brassage de la bière est attribué à la drêche de brasserie. Il s'agit donc d'une exception par rapport aux autres coproduits.

  • Transport du brasseur à l’éleveur de vaches laitières
  • Fermentation du rumen de la vache

Plus la distance entre le brasseur et l’éleveur de vaches laitières est courte, plus l'empreinte carbone est faible. Duynie Feed essaie donc de livrer les coproduits aux éleveurs installés le plus près possible du brasseur. Duynie Feed contribue ainsi, avec ses clients et fournisseurs, à réduire les émissions de CO2.

Les émissions résultant de ‘la culture des matières premières et du brassage de la bière’ et de la ‘fermentation du rumen’ sont les mêmes pour toutes les distances de transport.